• BILLET D'HUMEURL'Auto-partage est un concept encore meconnu en France, mais il est très en vogue dans des pays comme l'Allemagne, la Suisse, les pays-Bas, toujours en pointe en matière d'écologie...



    • Un produit urbain et bobo...fait pour les prolos.

    C'est parce que je pense à renouveler ma voiture, qui arrive en fin de vie, que je me suis intéressé à l'Auto-partage, et à me pencher sur ses avantages qui sont nombreux et réels. Produit urbain et bobo par excellence, l'auto-partage , à ne pas confondre avec le co-voiturage, permet de faire de substancielles économies sur son budget "transport" et c'est pour ça qu'il peut intéresser aussi les prolos.

    Complément idéal des modes de circulation douces, comme le vélib à Paris, et des transports en commun, l'auto-partage vous séduira et vous permettra de "désaprendre" le modèle économique dominant : être propriétaire de son "cher" véhicule, et donc aussi, de prendre quelques bonnes habitudes en vue du passage au Socialisme, et de l'abolition de la propriété  dont je vous parlais dans le billet précedent.


    • Qu'est-ce que l'Auto-partage?

    Dans la pratique, l'auto-partage permet de louer un véhicule quelques heures , voire une journée pour satisfaire un besoin de déplacement ponctuel, par exemple : aller chercher un meuble que vous avez commandé chez Ikéa, vous rendre à un entretien d'embauche dans une zone industrielle isolée, partir en soirée entre amis etc. on peu tout imaginer ! L'auto-partage risque bien de faire de l'ombre aux loueurs de voitures !

    Les sociétés d'auto-partage se développent de plus en plus dans les grandes villes de France comme Toulouse, Lyon, Strasbourg, Bordeaux etc. et même chez moi, à Poitiers, avec Autolis !

    En revanche, en région parisienne, hormis à Paris où 2 sociétés font la pluie et le beau temps : Caisse Commune et Mobizen, ( il y'en a 3 autres) point de service d'Auto-partage pour les banlieusards si ce n'est à Vitry-sur-Seine (94). C'est très frustrant, mais les choses évoluent très vite, et ces prochaines années, l'auto-partage sera promis à un très fort développement. Gageons qu'un service d'auto-partage sera proposé à Sénart où j'habite ! D'après les études disponibles, un véhicule en auto-partage remplace avantageusement 8 à 10 véhicules en circulation !

    L'auto-partage vous permet donc de disposer d'une voiture sans les contraintes de la possession : l'entretien, l'assurance, le carburant, le remboursement d'un prêt etc.  Un véhicule neuf est mis à votre disposition sur une place de stationenment réservée dans un parking, et, sur simple réservation téléphonique jusqu'à 2 mn avant la course, vous pouvez disposer du véhicule. Une souplesse de fonctionenment très appréciable

    Grâce à votre carte d'abonné, vous pouvez démarrer le véhicule et vous n'avez même pas à vous préoccupez de payer l'essence, celle-ci est comprise dans votre abonenment, et on vous remettra une carte pour faire le plein gratuitement. Pour en savoir plus sur l'Auto-partage, vous pouvez consulter ce site.


     

     

     






     

     



     


    votre commentaire
  • BILLET D'HUMEURDans la continuité de mon billet sur l'abolition de l'argent, on peut pousser plus loin la réflexion, par exemple, sur la nécessité ou non de remplacer l'argent par un autre moyen d'échange ( le troc?) mais alors, qui soit facilement accessible à tout-un-chacun, ce qui implique de remettre à plat la notion de "valeur"des biens et services échangés.

    Car, dans une société Capitaliste, ce qui crée de la valeur, c'est d'une part,  l'existence d'un besoin à satisfaire et d'autre part, la rareté ou l'abondance de l'objet de l'échange... Ne dit-t'on pas "ce qui est rare est cher???" Donc, on en revient toujours à la capacité de satisfaire un besoin...

    Je ne sais pas pour vous, mais moi, je ne sais pas comment est déterminé le prix d'un produit... c'est je pense, une notion assez nébuleuse pour la plupart d'entre nous ! Sauf pour ceux qui ont fait une école de commerce... Les capitalistes jouent sur cette ignorence collective, et je suis persuadé qu'on se fait plumer en payant un prix exorbitant des produits qui vaudraient bien moins cher si nous avions comment sont composés les prix.

    Dans la perspective de la disparition de l'argent, on ferait du même coup tomber la notion de propriété, puisque la propriété suppose "d'acheter" quelque chose...A ce propos, pour l'anegdote, ma belle-mère, qui est une capitaliste convaincue, est toujours effrayée quand j'aborde ce sujet : elle pense URSS, kolkhose...et qu'on viendrait lui saisir sa maison !!! Ca m'a toujours beaucoup fait rire... Certes, sans argent, la propriété tomberait d'elle-même, mais ce n'est pas pour ça qu'on viendrait expulser les gens de chez eux ! La réaction de ma belle-mère le prouve : l'attachement viscéral de beaucoup de personnes à la propriété à quelque chose  qui a trait au besoin de sécurité : je possède, donc je suis en sécurité !

    Moi, je vous pose la question : à t'on besoin de posséder pour être heureux? Prenons l'exemple des voitures. Dans les villes, de plus en plus de personnes ont compris qu'elles feraient de substancielles économies sur leur budget "voiture" en ayant recours à l'auto-partage plutôt que d'assumer seules l'entretien, l'assurance, le carburant etc. Ces personnes ne possèdent pas de voiture, elles en louent une pour quelques heures ou une journée, parfois un week-end, en fonction d'un besoin de deplacement précis...un coup de fil 5mn avant le départ, et une voiture est mise a leur disposition dans un parking !

    Reste à voir comment serait repartie la richesse produite. Il faudrait qu'elle soit redistribuée équitablement, en fonction des besoins de chacun : une famille nombreuse pourrait recevoir une plus grande maison et 2 voitures par rappport à un couple sans enfant ou un célibataire... La société de la gratuité pourrait ressembler à un vaste "self-service".

    Beaucoup de problèmes qui découlent du manque d'argent ou de son inégale redistribution seraient réglés : les vols, la délinquance les trafics de l'économie parallèle dans les quartiers etc. Plus de tentation : l'objet de crime aurait disparu ! Si nous avons des comportements déviants dans la société, c'est la plupart du temps lié à l'argent ! Mémé Liliane ne pourrait plus faire circuler des enveloppes en dessous de table pour les politiques !!! Faut bien qu'elle est conscience que ses milliards, qui dorment dans des coffres-forts en Suisse ou à Singapour, elles les emportera pas avec elle dans la tombe...

    Reste plus qu'à prendre notre bâton de pelerin pour prêcher la bonne parole et convaincre le maximum de personnes autour de nous de la viabilité du projet.

     

     

     

     


    votre commentaire
  • Quelques semaines après le coup d'éclat médiatique d'associations prochent de l'extrême-droite qui voulaient organiser un apéro "saucisson-pinard" pour venir faire de la provocation anti-musulmans dans ce quartier multi-ethnique du XVIIIème arrondissement de Paris,  un picnic anti-raciste a été organisé pour faire pièce à ceux qui veulent distiller la haine de l'étranger.

    Le problème posé par la prière collective en pleine rue, dont sont conscients certains organisateurs sur place, et qui semble crystaliser les manipulations de l'extrême-droite, a été evoquée, et si les responsables de la mairie de Paris et de la Préfecture de Police bougent un peu leur cul, une solution pourrait être trouvée pour que les habitants du quartier puisse disposer d'une salle de prière.

    Réactions recueillies à chaud lors de cette manifestation bonne enfant ...


    votre commentaire


  • BILLET D'HUMEURComme chaque année, le NPA fait appel à la générosité de ses soutiens et sympathisants à travers sa souscription. L'Objectif pour l'année 2010 est de recolter 400.000 euros.

     

    Hasard du calendrier, notre souscription tombe cette année en pleine affaire d'Etat sur les soupçons d'évasion fiscale, de corruption et de financement occulte de  la campagne de Sarkozy en 2007 par l'héritière de l'Oréal, Liliane Bettencourt. Une multinationale dont l'histoire sulfureuse à une forte colloration brune, comme la couleur de ses shampoings !


    Grâce aux déclarations de Me. Kiedjman, avocat de la Milliardaire, on sait désormais que, retirer 50.000 euros en liquide chaque semaine, pourMmeBettencourt, c'est de "l'argent de poche" (!) Vous qui galerez et comptez le moindre sous en raclant les fonds de tiroirs, vous apprecierez surement...

     

    Grâce aux carnets de comptes de l'ex-comptable de Mme Bettencourt, Claire T., nous savons que celle-ci ne regarde pas à la dépense quand il s'agit d'aider "ses amis" de L'UMP qui le lui rendent bien avec un joli chèque du fisc de 30.000 euros au titre du bouclier fiscal en 2009.

     

    Dans les liens de cosanguinité entre les plus hauts responsables de l'Etat et la haute Bourgoisie, c'est "un prêté pour un rendu" dans des intérêts croisés bien compris. Mme Bettencourt verse à L'UMP 7.500 € , plus la même somme à la fondation Woerth ( dont la femme du ministre et Trésorier de L'UMP est une employée) et quelques à -côtés... Bien sûr, il y'a aussi les "etrennes" de Sarkozy : 150.000 euros remis dans une enveloppe en liquide pour sa campagne éléctorale du printemps 2007 mais...chuuut!


    Au NPA, nous n'avons pas la chance d'avoir de généreux donateurs fortunés comme Mme Bettencourt, nous sommes un parti ouvrier, et nous ne pouvons compter "que" sur les cotisations de nos adhérents et les dons de nos sympathisants. 400.000 euros, c'est le prix d'un cocktaïl à New-York pour Sarkozy ou bien le prix d'un meeting organisé en son honneur par l'inefable Xavier Bertrand dans sa bonne ville de Saint-Quentin. Du menu fretin pour ces gens-là...

    Mais pour nous, 400.000 euros, c'est l'assurance de pouvoir continuer nos activités en toute indépendance des pouvoirs publics, d'organiser la résistance à la politique du Gouvernement. C'est le prix à payer pour que le NPA puisse continuer à vous défendre sans concession .


    Parce que nous vivons dans le monde réel et pas déconnectés dans notre tour d'ivoire comme les gens de L'UMP et la haute Bourgoisie, nous savons bien que vous ne pouvez pas vous permettre d'être aussi généreux que Mme Bettencourt, que le moindre sou compte pour boucler votre budget. Mais, même si vous ne donnez que 10 ou 15 euros c'est le geste qui compte et les petits ruisseaux finissent par faire les grandes rivières, n'est-ce pas?

    Le NPA compte sur vous...vous pouvez comptez sur le NPA.


    Envoyez vos dons à :

    NPA SOUSCRIPTIONS

    2 RUE RICHARD LENOIR , 93 100 MONTREUIL

    ( Chèque à l'ordre de  : NPA SOUSCRIPTIONS )

    ou directement sur le site : http://www.npa2009.org/souscription


    votre commentaire
  • Les dérives dictatoriales et sectaires se multiplient en France sous le règne de Nicolas 1er le Corrompu. Des atteintes à la démocratie et à l'Etat de droit que nous devons dénoncer sans relâche afin d'y faire échec. Non, l'arbitraire ne doit pas présider aux destinées de la France...


    BILLET D'HUMEURUn nouvel exemple des méfaits du" terrorisme intellectuel" et de la police de la pensée en France : 2 salariés de la Fnac de Nice viennent d'être licenciés suite à l'affaire de l'outrage au drapeau.

    C'est grave : de la même manière qu'un procès politique envoie derrière les barreaux des jeunes de Villiers-le-Bel , dont on a aucune preuve de leur culpabilité pour avoir tiré sur des flics lors des émeutes de Novembre 2007, on fait perdre leur job à des gens sur des critères moraux et sans avoir commis la moindre faute.

    Dans le procès des jeunes de Villiers-le-Bel, La présomption d'innocence a été foulée au pied et à laissé place à la certitude de la culpabilité sur la base de témoignage sous X, et "rémunérés" dont certains se sont d'ailleurs rétractés. Envoyer des gens en prison sans preuves tangibles mais sur la base d'une delation est un grave manquement aux principes élementaires du droit et de la justice !

    • Licenciés pour avoir fait leur travail


    BILLET D'HUMEURVous avez sans doute entendu parler de cette photo ci-contre qui a défrayée les passions et les critiques du côté du Gouvernement et de l'extrême-droite : inutile de vous faire un dessin, la photo est suffisament explicite et choquante, effectivement, mais c'était le but : elle a été primée par un jury dans le cadre d'un concours photo amateur ayant pour thème le "politiquement incorrect" !

    Personnelement, elle me choque aussi, mais force est de constater qu'elle a parfaitement atteint son but, au-delà même des espoirs de son auteur.

    Si le type sur la photo avait utilisé le drapeau turc à la place du drapeau français par exemple, il se serait certainement fait lyncher en pleien rue par des ressortissants turcs, tellement ils sont chatouilleux avec leur nationalisme... Cette photo est bien entendu moralement innaceptable, on sera tous d'accord la-dessus, là n'est pas le problème. Mais que, sous le coup de l'emotion, on veuille absolument designer un(e) coupable alors qu'elle n'y est pour rien  et qu'elle n'a fait que son boulot, je dis STOP !

    La publication de la photo dans l'edition Niçoise du journal Métro suscite une  vague de réactions indignées et outragées : Michelle-Alliot-Marie dénonce un "acte inadmissible" et évoque la possibilité de " poursuites pénales" Brice Hortefeux y vas aussi de son couplet : " personne ne peut accepter que la liberté d'expression soit détournée au mépris de l'emblème de notre pays". L'affaire est pourtant classée sans suite par le Procureur de Nice, Eric de Montgolfier.

    S'il n'y a pas eu de poursuites pénales, la hierarchie de la Fnac a préférée "ouvrir les parapluies" pour se protéger des pressions politiques en prenant des sanctions disciplinaires totalement injustifiées à l'encontre de 2 de ses salariés : la responsable communication du magasin de Nice, alors enceinte de 2 mois, et un cadre du siège parisien, que la Fnac accuse d'avoir fauté, alors qu'il n'ont commis aucune faute et n'ont fait que leur travail.

    Que leur reproche -t'on? Pour la chargée de communication du magasin nicois, licenciée pour "faute grave", d'avoir acté le choix du jury du concours et transmis la photo à la presse, selon une source syndicale. Quant a la cadre du siège, elle se voit reprochée de ne pas avoir alerté en amont sa hierachie. Aucune allusion à l'outrage au drapeau n'a été faite par écrit.

    Le secrétaire du C.E précise que la chargée de communication s'était inquietée des réactions suscitées par le cliché et en avait fait part à une personne chargée de la logistique de ces concours photo à Paris qu'elle avait contacté pour évoquer des questions de format, en lui indiquant qu'il y avait de vives réactions du côté de la droite et de l'extrême-droite .


    • Le délit d'outrage au drapeau n'existe pas


    Cette personne lui avait donné un avis personnel et avait ensuite contacté la Directrice de l'Action culturelle pour évoquer notamment les risques juridiques encourus par l'Entreprise. Après consultation du service juridique, il a été estimé qu'il n'y avait pas de risques sur ce plan-là et la cadre du siège a donné son feu vert pour la publication.  Et pour cause : il n'existait pas, dans le droit français, de délit d'outrage au drapeau jusqu'à ce qu'éclate cette affaire ! Le Gouvernement prépare maintenant un projet de loi pour créer un tel délit .

    La chargée de communication a été convoquée fin avril pour être << dispensée d'activité >> jusqu'à l'entretien préalable à son licenciement. Pour sa défense, elle aurait indiqué que les responsables, au siège, avaient pris connaissance de la photo. Pour preuve, elle aurait évoquée l'échange de mail avec la responsable de l'action culturelle. D'où son licenciement elle aussi.

    S'ils vont aux prud'hommes, les 2 femmes ont toutes les chances de gagner leur procès en invoquant un licenciement abusif sans cause réelle et sérieuse. Comment en effet, peut-t'on basé une faute grave sur le fait d'avoir validé le choix d'un jury de Concours pour l'une, et d'avoir autorisé la publication de la photo pour l'autre, alors que rien ne l'interdit ??? Leur seul tort aura été de meconnaître les conséquences politiques de cet évenement...

    Bref, en sarkozie,  c'est désormais l'arbitraire et la morale qui font office de justice, nous ne sommes plus dans un état de droit mais dans le royaume du roi Ubu ! Quand je vois de telles injustices, de tels abus de pouvoir,  alors que la mafia d'état, corrompue jusqu'à la moëlle,  se goberge avec l'argent du contribuable,  ne pas être inquiétée par cette justice de classe, je ne peux m'empêcher de penser que nous sommes désormais tombé une monarchie de droit divin  et une dictature qui ne veut pas dire son nom ! Pauvre France...




    1 commentaire