• Hortefeux à ouvert la boîte de pandores...

    Brice d'Auvergne y'veut casséeee les méchants sites et mechantes entreprises comme LOUE qui critiquent les condés...Si ça n'était pas pathétique et révelateur d'une tentation totalitaire du pouvoir on en rigolerait, mais hélas.... Il y'a quelques jours, c'était le journal satirique EL MONTE qui était censuré par la justice pour crime de leste-majesté envers Sarko... décidemment, la France est devenue une dictature molle !

    Ce Gouvernement de pourris ne veut plus qu'il y ai un mot de travers envers les pandores. Or, lesdits pandores , s'ils sont sous le feu de la haine et des critiques de toutes parts, n'ont que ce qu'ils méritent ! Jamais la police n'a été autant décriée en France que depuis le virage sécuritaire amorcé par Sarko en 2002 ! Si la police veut être respectée, qu'elle commence par respecter les citoyens, c'est la moindre des choses ! Aujourd'hui, la police est perçue comme une menace, et non pas comme une force qui protège et fait respecter la loi.

    Il faut dire que quand la loi elle-même, est injuste, qu'elle se montre impitoyable avec les faibles et complaisante avec les puissants, il ne peut pas y avoir de respect dans ces conditions-là ! Pour que la loi soit acceptée et respectée par tous, il faut que l'égalité de traitement soit la norme, or, quand les riches et les puissants sont au dessus des lois tandit qu'elle frappe fort un jeune de banlieue qui se rebelle contre l'injustice ou un malheureux automobiliste qui a eu le malheur de rouler à 52 km/h au lieu de 50 en ville,  vous comprendrez que les citoyens ne l'accepteront jamais.

    La dérive sécuritaire de Sarkozy a transformé les policiers en robocops et en machine à cracher des statistiques, d'abord en tant que ministre de l'Intérieur puis comme locataire de l'Elysée. Le nombre de gardes-à-vue explosent pour faire rentrer des p'tits batons dans les bonnes cases, et les plaintes des citoyens victimes de mauvais traitements allant jusqu'à la torture sont légions .Bref, la bleusaille est de plus en plus onie en France, on le serait à moins !

    Quand les droits des citoyens sont bafoués par ceux-là mêmes censés les faire respecter, comme pouvoir passer un coup de fil au commissariat pour prevenir qui, ses proches, qui, son employeur, qui un avocat, ou pour vous humilier, qu'on vous refuse de l'eau pour boire, d'aller aux toilettes , ou d'obtenir des medicaments dont on a besoin, il ne faut pas s'attendre au moindre respect de la part des citoyens. Voir cet article pour s'en convaincre.

    Si ces exactions arrivent à des citoyens bien blancs pour des motifs futiles, imaginez un peu les brimades et les humiliations que les personnes issues de l'immagration doivent subir !

    Alors bien sûr, je ne nie pas qu'il y'a de vrais délinquants dans le lot, mais il ne sont qu'une minorité. Ca fait 30 ans que les habitants des quartiers populaires sont dans des zones de relégation sociale, et qu'on les traitent comme des sous-citoyens. Après, on s'étonne du développement des trafics et de l'économie parallèle  dans ces quartiers ! Vous voulez qu'ils vivent comment quand ils sont abonnés au chômage??? Et par dessus le marché, ils sont victimes du harcellement et des mauvais traitements de la part de la police...pas etonnant qu'ils veuillent jouer au bal-trap avec les poulets après ! On a fabriqué des enragés desocialisés et après on s'étonne du résultat pffff...

    En attendant, sous pretexte du respect de l'autorité de l'état, nos droits et nos libertés individuelles régressent comme jamais ! Sans une réaction vigoureuse de la population, je crains le pire...

     

     

     

     

     

     

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :